lundi 26 septembre 2011

A l'absence arraché

Les pleins   et les   déliés         
De la roche
Où baigne l’
Astre sans conscience
Le souffle court marque
L’échouage

J’ai voulu me soustraire
           m’étendre
           et me perdre
Que le sable immémorial
Qui lave les Empires
Ne glisse pas sur moi
J’ai même fui les
Contrepoints de la faune
Je voulais être
Le souvenir
Et le sang
Ne sécheraient pas
Aux cavatines cruelles
De l’Histoire

Mais la chair m’a dit
Qu’on ne s’échappait pas

lundi 19 septembre 2011

Simple

                                                                                    Auprès de l’eau grande voyageuse, par la pensée
  
Il a
    Fui

D’Ulysse
Vient le vent
Son chant rougit
Et brûle
   déjà

Les arcs de triomphe
Sont des ponts
     sur la mer

Dans la torpeur capiteuse
D’une aube arrêtée
Il fait ce voyage de
L’or froid
Vers la félicité.
Béton doux
Aux Dieux neufs
Et vulgaires,
Ouvre le champ des possibles !


Fleurissant l’exil
Il dira : 
Le poids des siècles
Ne me manque pas