mercredi 29 janvier 2014

pièce n.38 : le plan

J’ai commencé déjà couché au ras de l’onde. Plus j’allais dans l’âge et plus mon œil approchait l’eau. L’aimant se laissait voir, j’approchais de mon long sa contre-mécanique, dans ce bruit de tessons solidaires qu’a la mer quand elle se sait loin des regards. Admettons.
Plus le corps vieillissait, d’abord sur le radeau puis sans, plus il s’équilibrait sur l’eau comme pour un grand ouvrage qui marquerait le temps et l’appartenance du corps au présent.
Plus le corps vieillissait d’après naufrage, moins j’étais en droit d’être innocent.
Le ciel azuréen est dangereux ouvert, ouvert sur l’enfance en août continu, c’est un champ magnétique, blessé peut-être. À la nage je suis visible à la brûlure.
Alors que le drame gesticule, le corps va comme accoster à son point d’équilibre.
Je n’ai même pas vu le radeau disparaître, je n’ai pas vu que le ciel mentait sur son poids. La police me cherche. Il s’agit de passer sans un crime au travers des eaux fortes, des pleins wagons d’eau de mer et la dérive s’allonge…

dimanche 5 janvier 2014

sans titre

Sans conseils pour aborder la foudre, je construisis d’instinct mon orgue. Puis, comme l’incendiaire, je me reculai pour mieux voir cette injure à la nuit et j’attendis cet or particulier, l'œil qui peut, dit-on, tanner à jamais ce lac derrière les collines

Elle a jailli, traversant ma jambe
oscillations courses microscopiques danse sans flamme précise
un mouvement brusque et c'est une averse de cendre sur le village
j'ai gardé les yeux fermés
je lai invitée à apprendre par cœur tout l’instrument que je lui avais dédié, à le couvrir entier comme le pays d’un atlas
 je lui ai parlé de ses lointaines lointaines cousines qui, dans toutes les villes, bondissent clignent des yeux tournent leur regard de toute part
enchaînées pareil au fauve qui a un énorme index invisible posé sur ses griffes
Je lui ai demandé de rendre la vue à ses brûlures
car les enfants les animaux donnent sans méfiance contre son sein
comme des feuilles
elle a ri
elle a seulement dit qu’elle voulait parler à la mer 
s'allier
chanter ensemble
immensément dangereuses
elle a ri du bruit de mille cheveux mêlés
à cet instant si tu fais face 
dix années de roches nouées ensemble 
de carrière de glaise 
de chaîne aveugle 
passent sur ton visage
elles te sont volées
il y a quelque chose à voir avec l'âme et le photographe
elle a ri encore
la belle vaporeuse, pleine de lames pour que tu te souviennes
elle a disparu
et je suis resté là tête et bras vers la terre près d'une machine exsangue